Bali et les îles Gili, ce n’est qu’un au revoir

C’est triste à dire, parce que ce dont je me souviens le plus de mon court voyage à Bali et sur les îles Gili, c’est les trucs plates qui se sont passés.

Je me souviens d’abord que mon amie s’est foulé la cheville et qu’un vieux monsieur, le chaman du village pas de dents, est venu lui amancher ça contre 10$ et une offrande, gracieuseté de la famille chez qui on habitait.

Je me souviens d’avoir eu peur quand le singe s’est garroché sur mon sac à dos, ou plutôt sur ma bouteille d’eau, dans la forêt des singes. Après, c’était cool, on était amis, mais j’ai fait le saut.

Je me souviens de la délicieuse bouffe, même si dans ce temps-là, la nourriture ne m’intéressait guère.

Je me souviens du Français trop achalant sur la plage. Et, après trois semaine, de m’ennuyer de mon copain de l’époque.

Mais je ne me rappelle à peu près pas des places où on est allées, à part que c’est bien beau sur les photos. Bali, Gili, un jour je retournerai vous visiter.

Partagez!Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Print this page

The author

Jeune expatriée canadienne vivant en Espagne, je raconte ici mes voyages, surtout dans le but de ne pas les oublier. Traductrice et rédactrice affamée.

Laisser un commentaire