Itinéraire au Maroc et mon amour pour la moto

Ça faisait longtemps que je rêvais du Maroc. Depuis que j’ai goûté aux tajines et aux délicieuses petites pâtisseries de la maman de mon amie Mériam, en fait.

On a décidé d’aller faire un tour en moto, parce que comme vous savez, on aime ça voyager en moto. C’est une façon absolument magnifique de voir un pays, parce que t’es pas obligé de suivre l’horaire des trains, des bus ni de personne. C’est la liberté absolue de choisir la route que t’as envie de prendre, de te perdre si t’en as envie.

Et pis le Maroc c’est à 3h de route de chez moi alors y’avait pas de raison de s’empêcher d’y aller après tout. On est partis un matin très tôt du mois de mai 2014. Avec un petit manteau, après tout on était en moto et il était tôt, mais honnêtement j’aurais dû mettre un manteau plus chaud ou une épaisseur de plus.

Je reviendrai peut-être plus tard sur chacune de ces destinations. D’abord j’ai adoré Chefchaouen et ses maisons bleues. C’est un village touristique mais qui mérite d’être vu. Pour s’y rendre on a suivi la rivière Laou dans les montagnes. Il ventait en titi au début, et la moto tanguait un peu.

Agrandir

Maroc-Chefchaouen
Chefchaouen

Après, j’ai aimé me perdre dans la médina de Fès. On m’avait avertie : « achète une carte avant d’entrer »! Pff, une carte… On aurait dû s’y en attendre. On s’est vraiment perdus pendant une bonne heure en tournant autour des mêmes magasins dans les petites rues sombres du fond de la médina, mais on a fini par retrouver notre chemin en remontant de longues rues (et je dis remonter parce que ça montait longtemps)

Marrakech c’était génial. Juste la soupe hahira que j’ai mangée à la Place Jemaa El Fna. La place se transforme en immense foire alimentaire le soir, avec près d’une centaine de mini-restaurants où mangent 8-10 personnes à la fois. L’idée c’est de ne pas se laisser tanner par les hommes qui t’interpellent sans cesse pour que tu manges dans leur resto, mais une fois attablé, tu te dis que ça en a valu la peine.

Après, on a repris la route vers Agadir en passant par Taroudant (route nationale 10). Là j’ai vraiment trippé! Une superbe route dans les montagnes toutes colorées de rouge. J’étais impressionnée. Mais il faisait froid en altitude.

Agrandir

Maroc-Essaouira-Ville
Essaouira

Le coup de cœur du voyage fut sans doute Essaouira, sur la côte. Je me rappelle de la ville baignée de la lumière de fin d’après-midi. L’endroit a encore son âme de village de pêcheurs, mélangée à un air hippie, un heureux mariage de tradition et de modernisme pas trop moderne. La ville est touristique, mais on ne le sent pas. On s’y sent juste bien.

Je dis que le coup de cœur du voyage c’est Essaouira, mais c’est faux : la véritable révélation, c’est le voyage en moto. C’était la première fois que je partais si longtemps. Dix jours, c’est court, mais ça peut être long sur les fesses quand tu voyages en moto. Les arrêts à la station-service sont les bienvenus pour te dégourdir les jambes, et quand il vente, ça donne mal à la tête. Mais j’ai adoré tout ça, même quand c’était épuisant, même quand il faisait un peu froid.

Un jour sur la côte sur le chemin du retour, j’ai pensé : this is it. J’ai besoin de cette liberté folle de temps à autre, de sortir de ma maison où je passe mes journées à travailler. Je sais depuis très longtemps que j’ai besoin de voyager, mais j’ai aussi besoin de ce genre de voyage-là. Partir avec un sac à dos, deux roues et le monde à découvrir. C’est là que j’ai commencé à penser que je devais absolument prendre note de mes voyages quelque part. Pas seulement d’où je vais et de ce que je fais, mais de comment je me sens pendant que j’y suis. Le voyage, ce n’est pas une question de destination, mais de feeling.

Partagez!Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Print this page

The author

Jeune expatriée canadienne vivant en Espagne, je raconte ici mes voyages, surtout dans le but de ne pas les oublier. Traductrice et rédactrice affamée.

Laisser un commentaire