Sur la route de la bouffe: Emilia Romagna

L’une de mes meilleures expériences en tant que blogueuse bouffe fut sans hésiter mon passage à Blogville, dans la superbe région d’Émilie Romagne (Emilia Romagna), en Italie. Basée à Bologne, j’ai découvert les villes environnantes et leurs spécialités culinaires: le vinaigre balsamique de Modène, le parmesan de Parme, ainsi que les magnifiques petites villes de Reggio Emilia et de Brisighella.

J’ai publié, en anglais, un article sur Reggio Emilia que vous pouvez trouver ici. J’ai eu la chance d’être accompagnée par Marialuisa qui m’a fait découvrir la ville dans tous ses racoins et avec qui on s’est véritablement bourré la fraise!

Mon expérience à Blogville m’a non seulement fait apprécier encore plus la gastronomie italienne (j’étais déjà vendue, mais je suis devenue accro), mais m’a surtout fait découvrir une région que plusieurs ne pensent pas à visiter.

Nichée entre Milan, Venise et Florence, Emilia Romagna est pourtant facilement accessible en train – à partir de n’importe laquelle de ces villes. Pour ma part, je suis follement tombée amoureuse de Bologne qui m’a charmée dès les premières minutes avec ses rues couvertes, protégées sous les édifices par des arcs permettant aux piétons d’oublier le parapluie lors des journées grises. Sans parler des tagliatelle al ragú – NON! Ne me parlez pas de sauce « bolognaise »! Ici, on parle de ragú – un délice accompagné d’un bon verre de vin rouge, dans un petit restaurant aux tables en bois où des monsieurs parlent fort de politique et de sport. C’est cliché, mais c’est vrai.

J’ai adoré découvrir comment le parmesan était préparé! Il faut dire que j’ai été élevée dans une maison où le parmesan, c’était une poudre un peu louche dans un cylindre vert. Heureusement j’ai depuis ouvert mes horizons et découvert the real stuff, qui prend des mois à vieillir. Certes, l’odeur de la fromagerie à 7h du mat’, c’était un peu intense, mais c’est à cette heure que le lait frais est livré: il n’y a pas une minute à perdre!

Si l’expérience vous intéresse, contactez l’usine de fabrication de Parmigiano Reggiano à Parme (Via Puppiola, 15, 43122 Parma) à info@cplparma.it.

Sans compter de la fois où on a appris à faire des pâtes – des CAPELETTES, oui madame, la soupe aux capelettes que ma famille mange tous les ans à Noël, c’est italien pour de vrai et ça s’appelle en fait tortellini in brodo – avec mes années d’expérience derrière la ceinture et les nouvelles connaissances apprises à la Casa Artusi de Forlimpopoli, j’ai préparé pour mes colocs de Blogville une soupe aux capelettes qui aurait renversé ma grand-mère!

Si vous ne me croyez pas sur parole, demandez à Adventurous Kate qui place mon nom à côté de « fabulous chef », rien de moins, et qui explique en anglais où réaliser nombreuses de ces activités culinaires dans la région.

Et tout ça, c’est sans compter la fois où on est allés cueillir des truffes avec un maître-chien. Autrefois, les cochons s’en chargeaient, mais le truc c’est qu’ils sont de véritables cochons (ha ha) et que la moitié du temps, ils mangaient eux-mêmes les truffes! Au prix qu’elles se vendent (selon certaines sources, environ 100$ l’once!!!), mieux vaut laisser le meilleur ami de l’homme s’en charger.

J’allais presque oublier de mentionner que c’est aussi en Émilie-Romagne que l’on trouve l’Université du Gelato. QUOI? Oui, il y a une université dédiée au monde de la crème glacée et j’ai eu la chance d’assister à un cours sur la composition du gelato aux fruits après une visite au musée et tout juste avant de me délecter d’une boule de crème glacée à la pistache. Saviez-vous que la saveur de pistache est le point de référence pour reconnaître une bonne gelateria? La pistache étant chère, c’est en sachant si le gelato en est réellement composé (et non d’un composant chimique vert pour imiter la couleur) qu’on sait si on a affaire à un produit de qualité.

Bologne, c’est une ville étudiante, ce qui signifie qu’on peut y manger très bien, mais aussi pour très peu – de la bonne bouffe à petit prix, que demander de plus?

Partagez!Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Print this page

The author

Jeune expatriée canadienne vivant en Espagne, je raconte ici mes voyages, surtout dans le but de ne pas les oublier. Traductrice et rédactrice affamée.

Laisser un commentaire