Mostar et Sarajevo à la soupe aux légumes

Je suis arrivée à Mostar tard le soir après de longues heures passées dans un autobus; heureusement j’avais rencontré un Espagnol avec qui j’étais bien contente de pratiquer mon castellano en vue de mieux communiquer avec mon nouvel amour. J’ai dormi à l’hostel Majdas et j’ai adoré mon séjour là-bas. Lorsque Jaime et moi sommes arrivés, affamés, Majda venait de faire cuire une grosse batch de soupe aux légumes que nous avons engloutie avec joie.

Le lendemain, après avoir déjeuné en famille avec la douzaine d’autres voyageurs, je suis partie explorer la ville. Le vieux pont de Mostar, construit au 15e siècle, a été reconstruit à la fin des années 90 après avoir été détruit pendant la guerre civile en 1993. Sa reconstruction a été un symbole de la réconciliation de la Bosnie. Chaque jour, des gens sautent du pont par défi, ou pour amuser les touristes… Une fille qui dormait aussi chez Majda a tenté de sauter par elle-même (il faut normalement payer), mais elle a chickened out; je la comprends, je ne l’aurais pas fait. C’est intense, sauter d’un pont de 30 mètres de haut.

Tous les voyageurs chez Majda parlaient du tour organisé par son frère, 40 euros si je me rappelle bien, mais qui en valait vraiment la peine. Il faut – 40 euros c’est une grosse dépense quand tu voyages pendant plusieurs mois. Le gars était complètement fou. Il faisait jouer de la musique balkanique à fond la caisse dans sa vieille van décrépie décorée bizarrement, nous transportant d’un château à des chutes d’eau à la maison d’une vieille bosniaque qui nous avait préparé des gâteaux. Les cascades, Kravice, sont bien belles, mais je m’y suis baignée malgré les 15 degrés et l’eau glaciale, que voulez-vous. Je l’ai un peu regretté après quand j’ai grelotté pendant 6 heures et que j’ai fait de la fièvre toute la nuit, de retour chez Majda. J’ai passé le lendemain à rien faire avant de partir pour Sarajevo.

Sous cette épaisse couche de brouillard se cache Sarajevo. Apparemment qu’en hiver, on ne voit pratiquement jamais le soleil (et je vous dis qu’il faisait déjà froid en septembre). On a marché pas mal; j’étais hébergée chez un gars qui vivait tout en haut de la montagne, alors c’était pas idéal. Une taiwanaise y dormait aussi, alors on a passé pas mal de temps ensemble. Le centre de Sarajevo, dans la partie Ottomane, c’est pas mal joli. La vieille ville est vraiment divisée en deux: l’autre section est d’héritage austro-hongrois. J’aurais aimé voir la ville sans les nuages, mais j’imagine que ça fait partie de son charme. Nous avons terminé la journée autour d’une soupe aux légumes (préparée par bibi) et en prenant un verre dans une ancienne salle de cinéma convertie en bar, avec beaucoup trop de fumée de cigarette et un groupe de musiciens folkloriques. Oh, et deux filles qui dansent un peu fofolles (i.e. moi et mon alter ego taiwanaise), chez Kino Bosna.

Partagez!Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Print this page

The author

Jeune expatriée canadienne vivant en Espagne, je raconte ici mes voyages, surtout dans le but de ne pas les oublier. Traductrice et rédactrice affamée.

Laisser un commentaire